Visite insolite à Saint-Guilhem-le-Désert : Atelier des Sens et parfums naturels Sharini

C’est dans le très joli et authentique village de St-Guilhem-le-Désert que je me suis rendue pour rencontrer Nicholas Jennings. D’origine anglaise, installé en France, Nicholas est le fondateur de la marque de parfums Sharini Parfums Naturels. Ses parfums sont disponibles dans son Atelier des Sens, boutique nichée dans la rue principale du village.

En gros, vous ne pouvez pas le louper. Un énorme alambic en est par ailleurs le gardien. 

Nicholas Jennings, parfumeur naturel

Portrait de Nicholas Jennings

Nicholas est un personnage atypique. Il parle parfaitement bien français avec un délicieux accent britannique. Cheveux en bataille mais tout de même contrôlés, moustache et barbe d’alchimiste et lunettes stylées montées sur son nez, il détonne par son côté non conventionnel. Nicholas n’a rien du côté bien lissé que l’on se fait du monde de la parfumerie. Il est authentique, il baigne dans son univers et ne s’embarrasse pas des codes. Et moi, l’authenticité me plaît. Et le style de Nicholas aussi.

L’Atelier des Sens

Pénétrer dans son Atelier des Sens niché au sein de ce village charmant, c’est mettre le pied dans un univers enchanté. Une niche accueillante pleine de plantes sèches, de livres, d’huiles essentielles, de parfums. Et le clou de cette visite, c’est le magnifique orgue à parfums qui trône au fond de cette caverne d’Ali Baba. 

#sharini #orgueàparfums #parfumnaturel #nicholasjennings

Au milieu de tous ces trésors et odeurs, j’y serais restée des heures. Enfin, j’y suis restée pas mal de temps à papoter. 

Activités de l’Atelier des Sens

Parfumerie naturelle sur-mesure

Nicolas Jennings propose de la création de parfums sur mesure.  

D’abord, il demande au client de remplir un questionnaire personnalisé permettant d’en cibler les odeurs préférées ainsi que la personnalité. Cette étape est primordiale pour créer un parfum qui corresponde au mieux à la personne.  

Ensuite, Nicholas envoie deux propositions sous forme d’échantillon au client pour une évaluation.

Après confirmation du choix, Nicholas compose le parfum élu en un format de 50 ml personnalisé au nom du client. 

La formule du parfum est partagée avec le client ce qui à mon sens, est faire preuve de transparence ! En effet, j’imagine mal la plupart des parfumeurs partager leurs formules magiques aux clients ! 

Le délai d’attente est d’environ 4 semaines et le prix fort raisonnable puisqu’il s’agit de parfumerie naturelle (prix indiqué entre 140 -220 euros). 

Organisation de stages 

Nicholas organise des stages en parfumerie naturelle de 2 jours. La première journée est plutôt dédiée à l’histoire de la parfumerie, des matières premières et l’explication de la distillation. Puis le deuxième jour est dédié à la composition du parfum individuel. 

Photo #NicholasJennings #shariniparfumsnaturels – Organisation de stages autour de la parfumerie naturelle

La marque Sharini Parfums Naturels 

Nicholas propose une vaste gamme de parfums naturels sous la marque Sharini Parfums Naturels. Tous sont certifiés biologiques (alcool biologique certifié Ecocert, pas de peg, pas de parabens, pas de propylène glycol, pas de colorant, pas de phtalate, pas de parrafine ni silicone, produits non testés sur animaux).

Les huiles essentielles qu’il utilise dans ses compositions sont 100% pures et naturelles. A l’instar des huiles qu’il distille lui-même suite à la cueillette sauvage qu’il pratique. Néanmoins, il utilise également des huiles essentielles provenant d’autres horizons toutes de cultures biologiques contrôlées.

Je vous invite à aller voir son site internet et regarder ce qu’il propose. Les noms évocateurs de ces parfums vous inviteront sûrement au voyage. Et je vous conseille de commander la liste des échantillons pour faire votre choix sans vous tromper. 

Laissez-moi vous présenter ci-dessous l’échange que nous avons eu. Entre créativité, grain de folie, couleurs, vent de liberté créatrice et bonnes vibes.

Interview de Nicholas Jennings

Quelles sont les circonstances qui t’ont amené à la parfumerie naturelle ?

J’ai séjourné dans une ferme en biodynamie dans la Drôme. Mes amis y cueillent et distillent des plantes sauvages. Les arômes étaient tellement puissants que la parfumerie industrielle de synthèse est sortie de ma vie à tout jamais. 

Tu crées de la « parfumerie vivante » selon tes propres mots. Peux-tu expliquer ce que tu entends par là ?

En utilisant les matières premières issues directement de la nature et non d’un laboratoire. Chaque plante offre une expérience olfactive unique. Et aucune odeur liée à une plante ne sera jamais tout à fait identique. Tout cela est intimement lié à l’exposition, au climat, à la terre, etc. On est bien dans le vivant. 

NicholasJennings #shariniparfumsnaturels
Photo @NicholasJennings #shariniparfumsnaturels

Tu as dit que ton travail de parfumeur naturel est un mix entre « recherche scientifique » et « grain de folie créatif ». Une explication de texte ?

J’aime me trouver dans des situations dans lesquelles je ne maîtrise pas tout. Un créateur doit explorer l’inconnu et aller à la recherche de nouvelles émotions olfactives. Sinon, nous ne sommes pas dans la création.

Tu pratiques l’enfleurage à froid. Quelles sont les fleurs que tu « enfleures » toi-même. Y a-t-il d’autres enfleurages que tu ne réalises pas toi-même et lesquels ?

J’ai déjà extrait moi-même les fleurs de chèvrefeuille, de genêts, jasmin et lys. Je travaille également avec un producteur certifié bio qui réalise les enfleurages de tubéreuse, gardenia et frangipanier. 

Dans la « collection d’exception » regroupant « Rêve polynésien » et « Lotus paradis», tu intègres des ingrédients issus justement de la technique de l’enfleurage à froid. Qu’apportent ces enfleurages à tes créations ?

Une rondeur suave, élégante et délicate.

NicholasJennings #shariniparfumsnaturels
Photo @NicholasJennings #shariniparfumsnaturels

Néanmoins, tu utilises également d’autres matières qui ne sont pas locales. Comment les choisis-tu ?

Je suis un véritable chasseur d’essences ! Toujours à la recherche des matières premières rares et olfactivement exceptionnelles.

Chaque moment libre est dédié à la recherche d’autres producteurs. Néanmoins, depuis le Covid, je ne voyage plus. Je me base donc sur la confiance qui s’est tissée avec mes producteurs. 

Néanmoins, la clé pour tisser des relations professionnelles de qualité et accéder à des trésors olfactifs se trouve dans la relation de confiance, la traçabilité et la transparence. 

Je vais maintenant nommer des ingrédients intégrés dans certains de tes parfums. J’aimerais connaître leur histoire car beaucoup de ceux-ci m’ont intriguée : créativité et originalité se mêlent !

  • Thé oolong cultivé en biodynamie et récolté lors de la pleine lune.

Qui ne rêve pas d’ingrédients issus de cultures éthiques et rares. Le thé est un vrai délice et n’oubliez pas que je suis « an englishman who appreciates fine tea ! ». Il provient d’Inde plus précisément de Darjeeling. 

  • Fleur de pamplemousse, très rare. 

Un florale hespéridé, un vrai bonheur. Grâce à Laurent Severac au Vietnam. Cela fait un moment que je n’ai pas de nouvelles mais il réalise un très beau travail.   

  • Feuille de mangue !  

C’est un producteur égyptien que je connais depuis plus de 10 ans et qui a une grande gamme de produits biologiques. Je l’utilise sous forme d’absolue.  

  • Eau de mer méditerranéenne ! 

Et oui, cela ajoute une note iodée et aquatique.

  • Santal de Mysore distillé en 1984 

C’est un bijou que je garde précieusement depuis des années. Je n’en ai pas énormément mais il est devenu extrêmement crémeux avec un haut pourcentage de santalol. 

  • Teinture d’algue, pour la petite note iodée ?

Oui, petite note salée. Moins dominante qu’une absolue mais on plonge direct dans la mer. 

  • Ambre gris, teinture macérée 3 ans. 

J’ai toujours eu une énorme passion pour les ambres gris âgés. Cette teinture que j’aie faite avec des morceaux d’ambre les plus pâles et délicats n’ont pas cette note fécale. En revanche, elle nous plonge dans l’exquis de l’inconnu. 

NicholasJennings #shariniparfumsnaturels
Photo @NicholasJennings #shariniparfumsnaturels

Par ailleurs, dans ta collection « Secrets de la Nature », tu précises le nombre de fleurs qui a été utilisé pour la création d’un flacon : 350 fleurs de jasmin pour Musc d’Hibiscus par exemple. Est-ce une manière de mettre en lumière la rareté et la valeur de ces matières naturelles ?

Oui en effet. Cela permet de donner une idée. C’est abstrait pour le consommateur de se faire une idée sur la masse de fleurs nécessaires pour produire au final si peu d’absolue ou d’huile essentielle. Et que par conséquent, le rendement faible de certaines plantes a une conséquence sur le prix de vente. Il faut savoir ce que l’on achète. 

Par ailleurs, toujours dans Musc d’Hibiscus, 4000 graines d’hibiscus sont utilisées. Comment les graines d’Hibiscus sont-elles transformées pour une utilisation en parfumerie ? 

Elles sont transformées soit par distillation soit par extraction supercritique. Riches en ambrettolide, les graines d’Ambrette (Hibiscus abelmoschus) sont un véritable musc botanique. Elle remplace les matières premières animales utilisées autrefois dans les parfums mais aujourd’hui interdites. Une très belle note de fond.  

teinture de musc botanique (à base d'ambrette) #shariniparfumsnaturels
Photo @NicholasJennings #shariniparfumsnaturels

Tu utilises aussi de l’eau florale (soit de rose ou d’oranger) dans cette collection. Quel est son atout en parfumerie ? 

Les eaux florales apportent une note délicate qui adoucit le côté alcool du parfum (j’utilise de l’alcool bio non dénaturé à 96°).

NicholasJennings #shariniparfumsnaturels
Photo @NicholasJennings #shariniparfumsnaturels

Tu produis en petite quantité. On ne peut produire plus que ce la nature nous donne, on rejoint donc rareté et valeur mentionnées ci-dessus. 

Exactement, je respecte les récoltes et le rythme de la nature. Je suis un artisan et je souhaite proposer de la haute qualité. Et par conséquent, je ne peux proposer que de petites productions et des fois, des éditions limitées. 

J’ai vu que tu as utilisé dans une précédente création des abricots macérés. Quelle idée incroyable ! 

L’abricot n’existe pas en extrait. On le trouve sous forme chimique. J’ai fait beaucoup de teintures-mère (santal, musc, vanille, benjoin…) alors j’ai essayé d’en faire de-même avec l’abricot local. Les abricots mûrs de Saint-Guilhem sont macérés et renouvelés plusieurs fois par semaine pour éviter la fermentation et donc la .. note pourrie. Le résultat est très fruité et gourmand. 

Je te remercie infiniment d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. 

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :)

4 Replies to “Visite insolite à Saint-Guilhem-le-Désert : Atelier des Sens et parfums naturels Sharini”

  1. Merci jo… encore une manière de rêver …le nez au vent… dans l iode du cotentin

    1. Merci pour ton retour. Oui le nez au vent toujours. bisous

  2. Fabuleux ! Nicholas me fait l’effet d’un magicien, un Merlin l’enchanteur de la parfumerie naturelle.

    1. oui, c’est ça, hors des sentiers battus, son style bien à lui et une curiosité sans borne 🙂

Laisser un commentaire